Bienvenue sur Cuvée Cléopâtre

Ce site est exclusivement réservé aux personnes majeures.
Je certifie avoir l'âge légal de boire de l'alcool
dans mon pays de résidence !
Désolé, selon les lois en vigueur, si vous n'avez pas l'age requis,
vous ne pouvez pas accéder à notre site www.cuveecleopatre.fr
Je ne suis pas majeur

L'abus d'alccol est dangereux pour la santé. à consommer avec modération



Boisson d'exception, chic et originale, pour votre plus grand plaisir.
Elaborée avec amour dans le Tarn !

La cuvée Cléopâtre


 

La recette repose sur l’alchimie parfaite entre un cépage unique au monde, le "LEN DE LEL", du safran local et une perle de culture.

Le len de l'el est un terme occitan qui signifie "loin de l'œil". Sa particularité est d'avoir une grappe munie d'un long pédoncule; par conséquent la grappe de raisin est loin du bourgeon (l’œil).





Ce cépage, millénaire, est spécifique au territoire de Gaillac (Tarn, France) a des arômes de fleurs sauvages, d'agrumes ou de fruits confits tout simplement exceptionnels

Certains disent que le len de l'el est issu d'une variété locale de raisin sauvage, d'autres parlent d’une vieille légende locale à propos d'un légionnaire romain qui reçu à sa retraite un lopin de terre en bordure du Tarn sur lequel il fit pousser des vignes qui venaient de l'autre côté de la méditerranée…

Traditionnellement, il est utilisé à Gaillac afin de produire des vins blancs sec, du Gaillac perlé ou bien encore des vins doux.
 

 


Les origines du safran, quant à elles, demeurent mystérieuses. Aucune recherche ethnobotanique n’a pu faire la lumière sur son berceau d’origine à l’état sauvage. On peut néanmoins retrouver des premières traces écrites ou picturales en Mésopotamie ou encore au Cachemire, ce depuis plus de 4000 ans. Il aurait progressivement migré vers l'Ouest dans le bassin méditerranéen.

Le safran possède des pouvoirs tinctoriaux, thérapeutiques et gustatifs: les romains l’utilisaient notamment en breuvage pour son action stimulante sur le moral… et de prétendues vertus aphrodisiaques !

On pense que le safran fit son apparition en France au Moyen Âge grâce aux Croisés qui ramenèrent des bulbes de Crocus sativus. C’est depuis cette époque qu’il n’a cessé de prospérer sur notre terroir.



Enfin, pour magnifier les arômes du len de l'el, nous utilisons une perle de culture qui permet de le désacidifier partiellement. La perle est indissociable de la Cuvée Cléopâtre. Elle est le trait d'union entre notre procédé de fabrication et le fameux vin de perle de Cléopâtre.

La composition chimique d'une perle peut varier quelque peu selon son lieu d'origine. Pour cette raison, nous n'utilisons que des perles naturelles de la même origine, de couleur blanche et de qualité AA+. Dans certains cas, les perles contiennent plus ou moins de matière organique ou d'eau, mais ces variations étant très faibles, nous pouvons retenir les chiffres suivants concernant leur composition :
  • Aragonite, 91.72% (cristaux microscopiques disposés de façon inégale qui donne lieu à un jeu infini de lumière sur toute la surface de la perle)
  • Conchyoline, 5.94% (lien organique entre cette multitude de cristaux)
  • Eau, 2.23%
  • Divers, 0.11% (sels minéraux pour la plus grande partie)

 
 

La consommation de résidus de perles n’est pas dangereuse pour l’être humain. Les Romains tenaient pour un remède de choix contre la folie une mixture de perles broyées et d'eau distillée. Quant aux Chinois, c'est contre les embarras gastriques qu'ils avalaient de la poudre de perles. Plus tard, vers 1600, dans la pharmacopée anglaise, on recommandait, comme fortifiant, la poudre de perles dans le jus de citron.